Ludwig van Beethoven

 

 (17 déc 1770 - 26 mars 1827)

 

 

Le signe du Sagittaire est représenté symboliquement par un centaure, un homme mi-animal mi-humain muni d’un arc visant avec sa flèche une étoile.

 

La vision de la vie que nous propose le Sagittaire est de la concevoir comme une aventure qui permet de dépasser toutes les limites.

 

Plus le but que nous donnons à notre vie est élevé et essentiel à notre coeur, plus nous trouvons la motivation et la force de puiser les ressources en soi pour vaincre les obstacles et l’accomplir. En se faisant l’ami du courage et de l’effort et en résistant à la tentation de la facilité, tout devient possible…

 

 

 

Pour illustrer ces propos, prenons le modèle du célèbre compositeur allemand, Ludwig van Beethoven, un  Sagittaire qui a su transcender ses limites pour révéler le meilleur de lui-même.

 

Possédant un réel talent, Beethoven connut la réussite et la célébrité en tant que pianiste, concertiste et compositeur, dirigeant lui-même ses symphonies.

 

 

Puis, vers 30 ans, Beethoven subit la pire épreuve qui puisse s'abattre sur un compositeur qui ne vit que pour la beauté des sons. Il perd l’ouïe. Un compositeur sourd, c'est impossible et insupportable !

 

Il dut alors renoncer à l’aspect extérieur et mondain de sa carrière en raison de la progression de sa surdité. Il sombra tout d’abord dans un profond désespoir et rédigea son « Testament d’Heiligenstadt » en octobre 1802 dans lequel il exprime son sentiment d’abandon et de solitude, mais aussi l’idéal de fraternité qui anime son être. Il annonce qu'il veut mourir mais "Seul l'Art, et seulement l'Art me retient car il me semble impossible de quitter ce monde avant d'avoir fait naître tout ce pour quoi je me sens disposé ".

 

Choisissant alors la vie plutôt que la mort, il décide de se battre et de continuer de composer. Il lance à travers « l'Eroica », l'extraordinaire musique d'une seconde période qui sera appelée la période "héroïque".

 

Il fait le choix de se relever par amour pour l’humanité et de donner tout ce qu’il a en lui à travers l’Art. Il écrivit alors "Je prendrai le destin à la gorge de façon telle qu'il ne pourra pas m'abattre complètement" annonçant sa future œuvre, la 5ème symphonie intitulée « Le Destin » !

 

Enfermé désormais dans une profonde solitude et un monde de silence, il s’appuya essentiellement sur son puissant Idéal de Fraternité pour trouver à l'intérieur de lui-même les ressources spirituelles et techniques pour mener son travail encore plus loin. Il n’entendit plus jamais résonner sa musique extérieurement, et pourtant, à partir de cette période, Beethoven a révélé ses plus grands chefs-d’œuvre.

 

Dans son travail, il s'éleva au-dessus des souffrances et atteignit le triomphe final et la joie à travers sa 9ème symphonie d’après le poème de Schiller « L’Hymne à la Joie ».

 

 

 

Voici des messages victorieux que l’on peut lire dans ses « Carnets intimes » : 

 

"Je suis le Bacchus qui produit le vin glorieux pour l'humanité. Quiconque comprend réellement ma musique, il sera libéré de toutes les misères qui l'oppressent".

 

 

 

« Ainsi ose ! Ce que Dieu t’a réservé, personne ne te le ravira. Mais il te l’a réservé à toi, homme courageux ! »

 

Sylvianne