Charles Baudelaire

(9/4/1821 - 31/8/1867)

 

Charles Baudelaire, un des plus grands poètes du 19ème siècle, était très fortement marqué par la planète Mars et le signe du Bélier qu’elle maîtrise.

En effet son amas de planètes en Bélier et en maison VIII (maison en analogie avec le Scorpion, signe également marsien) explique le tempérament passionné et profondément idéaliste de l’artiste.

 

A sa nature entière, provocatrice et révoltée (stellium en Bélier) s’associait une sensibilité exacerbée (Lune Cancer) qui faisait de lui un écorché vif épris de liberté, qui ne pouvait s’adapter aux normes de la société de son époque (Lune carré stellium Bélier).

 

Il vivait la vie d’une manière si intense que cela pouvait causer toutes sortes d’excès et de déséquilibres aux conséquences souvent fâcheuses (Lune noire opposée au stellium Bélier en VIII). La mauvaise gestion de son énergie se manifestait par une dispersion et un gaspillage de ses ressources, notamment financières, qui lui valaient de nombreuses dettes.

La force de ses pulsions et désirs l’ont amené également à fréquenter des milieux malsains (débauches, prostitution, drogues) d’où il a entre autre contracté la syphilis, maladie dont il ne se débarrassera pas (forte maison VIII : maladie, sexualité, argent).

 

Il côtoyait le mal et portait en même temps un idéal profond de pureté et de beauté morale (ascendant Vierge). Il souffrait de ressentir le mal en lui (les défauts et faiblesses) qui le déviait de son haut idéal et des buts concrets qu’il s’était fixés.

Sa souffrance intérieure générait en lui des angoisses existentielles et même une profonde désespérance pouvant le mener, à certains moments, à des actes autodestructeurs. Lors d’une de ses tentatives de suicides, il écrit : « je me tue parce que je suis inutile aux autres et dangereux à moi-même. »

 

Pourtant, malgré de nombreuses épreuves et souffrances, Baudelaire a su trouver les ressources, le courage propre au Bélier, pour se dépasser et nous léguer un riche héritage artistique (nœud nord : but de vie, en Poissons : art et beauté).

Grâce à l’écriture, il se réconcilie avec lui-même. Il apprend à canaliser sa puissante énergie d’une manière créatrice et à exprimer pleinement l’extrême finesse de sa sensibilité (Lune trigone Mercure/Pluton). Ses écrits révèlent en effet un riche vécu intérieur qui éveille chez autrui les ressentis les plus intimes, les plus profonds.

 

A travers plusieurs de ses oeuvres, il a su montrer toute la beauté et la profondeur du cœur de l’Homme (Nœud nord en Poissons/art et beauté). Au sujet de son recueil de poèmes « Les Fleurs du Mal », Baudelaire exprime son intention profonde : « Il m’a paru plaisant et d’autant plus agréable que la tâche était difficile, d’extraire la Beauté du Mal » (Mercure conjoint Pluton en Poissons).

 

SylviAnne