Bill Joy et la technologie

(Né le 8 novembre 1954)

 

Le Scorpion, relié au mois de novembre, met l’accent sur la nécessité du changement, de la remise en question pour évoluer. Néanmoins, c’est la qualité du but vers lequel nous orientons notre énergie qui permet de libérer des forces créatrices ou des forces destructrices. 

Pour illustrer ce défi auquel nous invite ce signe, nous pouvons citer Bill Joy, un scorpion ascendant Scorpion passionné depuis très jeune par la science et la technologie et animé par le fait de contribuer à changer le monde et à le rendre meilleur.

 

Bill Joy, fondateur de Sun Microsystems, est l’un des plus remarquables créateurs de Software. Il a participé pleinement à l’élaboration des réseaux informatiques et au développement des performances d’internet, très largement utilisé aujourd’hui.

Il y a quelques années, ce chercheur visionnaire a pris conscience des risques réels que représentait l’avancée spectaculaire de la technologie. Il a alerté le monde à travers son célèbre article « Pourquoi le futur n’a pas besoin de nous » et ses multiples conférences internationales.

 

Selon lui : « Les technologies les plus incontournables du 21ème siècle : la robotique, le génie génétique et les nanotechnologies représentent une menace différente des technologies antérieures. Concrètement les robots, les organismes génétiquement modifiés et les « nanorobots » ont en commun un facteur démultipliant, ils ont la capacité de s’autoreproduire. Une bombe explose qu’une fois ; un robot, en revanche, peut proliférer et rapidement échapper à tout contrôle ».

 

Il précise que la combinaison de la puissance informatique associée aux progrès de manipulation dans le domaine des sciences physiques et dans celui de la génétique va libérer dans un très proche avenir un pouvoir de transformation phénoménal qui aura des conséquences pour le meilleur ou pour le pire. Vers 2030, la machine ou le robot « intelligent » pourra notamment être mis au point !

Est-ce possible que le seul futur envisageable pour l’être humain soit son union avec la machine, ou même sa substitution par elle amenant à son extinction (voir les films inspirés « Terminator » ou « Matrix ») ?

 

Bill Joy témoigne dans son article : « Sans relâche, j’ai toujours travaillé à améliorer la fiabilité de mes logiciels. Les logiciels sont des outils ; par conséquent, étant un fabricant d’outils, je dois lutter contre certains usages des outils que je fabrique. Ma conviction a toujours été que, compte tenu de leurs utilisations multiples, produire des logiciels plus fiables contribuerait à bâtir un monde meilleur. Si j’en arrivais à la conviction inverse, alors je me verrais dans l’obligation morale de donner un coup d’arrêt à mon activité. Aujourd’hui je n’exclus plus une telle perspective. »

 

Les risques que soulève la croissance rapide et illimitée de la technologie nous montrent combien il est vital d’assumer la pleine responsabilité de nos actes. Or c’est surtout en renforçant nos valeurs morales et éthiques, basées sur le respect profond de la vie et de ce qu’il y a de plus sacré en  l’individu et la nature que nous pouvons d’ores et déjà créer, mettre notre énergie au service d’un futur meilleur, en accord avec notre vraie humanité.

 

Sylvianne